Un équipage peu motivé


C01

Pendant que je fais route vers Saint Mandrier, mon équipage ronge son frein dans le train.
C1

Arrivé à Saint Mandrier, je joue les paparazzi pour surprendre l’arrivée du taxi qui amène l’équipage.
C2

Il devait nous attendre, il est où ?
C3

T’es où ?
Réponse laconique : Ponton B, et je coupe.
C5

Il est où, ce ponton B ?
Il aurait pu se déranger, quand même !
C6

Voilà le ponton.
C7

Ca y est, je suis repéré.
C8

Soulagement.
C9

Départ pour Porquerolles, où il est prévu de mouiller pour se baigner.
C91

Mouillage au Petit Langoustier.
Mais l’équipage refuse de se baigner depuis le bateau : en mer, il y a des bêtes.
On ne peut se baigner que sur la plage.
Et seulement là où il y a du monde.
C92

Comme j’ai accosté sur une plage déserte, on reviens à bord.
Lucie se propose pour ramer.
C93

Malgré une route légèrement en zig-zag, elle ne s’en sort pas trop mal, on rejoint le Sanca.
C95

Devant le manque d’intérêt de l’équipage pour le mouillage forain, je décide de passer la nuit à Porquerolles.
A l’unanimité, les deux équipières choisissent de se régaler avec une pizza très couleur locale, plus une crêpe au Nutella, pour compléter le tableau.
Quelle misère !
C96

Ca discute ferme sur la place de Porquerolles.
C97

Je suis vu !
D1

Le lendemain, départ pour Port Cros, où une chambre d’hôtel attends l’équipage.
En cours de route, on se prend un grain qui achève de brouiller les filles avec la navigation.
D2

Le Sanca en bout de ponton, avec la toile bleue pour se préserver du soleil.
D3

L’hôtel à Port Cros, avec la chambre (petite flèche) et la piscine derrière (grosse flèche, parce que très important).
Le soir, repas au restau, ça c’est des vacances.
D5

Pendant deux jours, on  ne les voit qu’à midi pour les repas, et ensuite, piscine en continu.
Venir à Port Cros uniquement pour se baigner dans une piscine, ça a épaté la patronne de l’hôtel.
A2

Fin du séjour, l’équipage réintègre le bord.
A3

Au revoir Port Cros.
A4

A5

On goute aux joies de la navigation.
A7

A6

Sans aucune modération.
A8

Devant le manque d’intérêt généralisé pour la navigation et pour le mouillage, direction le Lavandou pour passer les derniers jours en profitant de la plage.
A9

Là, tout y est : la plage de sable, le monde.
A95

Le soir, le verdict tombe : la plage, c’est bien pour bronzer, mais pas pour se baigner.
Comme vivre au bateau, c’est nul (et même pire), on avance le départ pour qu’elles passent deux jours à Toulon, dans un hôtel (avec piscine, ça va sans dire).
A1

Par contre, le vendeur de glace a eu un franc succès.
Mais on ne peut pas passer ses journées à manger des glaces, alors départ demain matin.
A2

Débarquement des valises.
Pour des filles, les malles ne sont pas démesurées.
A3

En attente du bus avec deux jours de vraies vacances en perspectives, avec hôtel, piscine et pizza.

Récupération du Sanca au Lavandou

A1

Après un voyage sans aucun charme avec la SNCF, plus une heure de bus, je retrouve le Sanca avec plaisir.
A2

Vers Port Man
A3

C’est beaucoup mieux que les transports en commun
A4

Nous sommes fin Juin, il y a encore de la place.
A partit de la semaine prochaine, la fréquentation va considérablement augmenter, il faudra trouver des mouillages moins faciles.
A5

Au petit jour, l’endroit est encore tranquille.
A6

Mais à midi, ça rapplique de partout.
A8

Au moment du repas, une mouette vient mendier des restes, mais c’est qu’elle va me ch… sur l’annexe, cette bête !
B0

Je quitte Port Man pour Port Cros.
B2

Je mouille en face de Port Cros, à l’arrière de l’ile Bagaud.
B1

Le lendemain matin, je me lève aux aurores pour faire une ballade à Port Cros avant l’arrivée des navettes.
B3

Je quitte le Sanca exposé au soleil levant pour rejoindre Port Cros.
B4

En face, Port Cros est encore dans l’ombre.
B5

J’arrive avec le soleil.
B6

A l’intérieur du port, tout est calme.
Dans moins de deux heures, les navettes vont déverser des centaines de promeneurs qui vont envahir les sentiers, et surtout les terrasses des cafés.
B8

Le chemin est au frais.
B9

Pas de nouveaux locataires dans le petit cimetière.
B91

Le chemin longe la côte.
B92

En face, l’ile Bagaud avec le Sanca au mouillage.
B94

En s’éloignant encore, je peux voir l’ile bagaud en entier.
B96

Quelques vues qui valent la peine de marcher un peu.
B97

Surtout que le chemin non plus n’est pas désagréable.
B98

On change d’angle.
B992

Le chemin descend jusqu’à la plage, et il faut remonter un escalier taillé dans le rocher, dont la hauteur des marches n’est pas spécialement conçue pour le troisième âge.
B993

Au bout de  l’ile, on arrive à la pointe de la galère, avec un mouillage plus exposé que Port Man, et qui n’est pas beaucoup fréquenté.
B995

Un peu plus loin, l’entrée de Port Man, beaucoup plus grand, et aussi beaucoup plus fréquenté.
B997

C’est encore vivable.
B998

Dans une semaine, ce sera bondé.
B999

Le retour se fait par un large chemin qui passe à l’intérieur des terres, par les crêtes.
B9991

Après 5H de marche, je retrouve mon annexe avec une faim de loup.
b9993

Après le repas, je quitte le mouillage pour Porquerolles.
B99911

Au loin, la pointe des Mèdes.
b9994

On peut passer au raz des rochers, mais il faut éviter en été à cause des plongeurs.
b9995

Mouillage au Petit Langoustier pour être proche de Saint Mandrier dans la rade de Toulon où je dois prendre un nouvel équipage demain matin.
b9996

Je suis mouillé à côté d’un vieux gréement en bois qui promène des ados.
b9997

Le soir, les gamins se contentent de discuter sans mettre le rap à fond la caisse.
b9998

Le le demain, départ pour Saint Mandrier.
b9999

En face, la rade de Toulon.

St Cyprien–Porquerolles

1 Sortie de la lagune avec le voilier de Jean-Paul

Mercredi 12 Juin, départ pour Porquerolles.
Je pars avec Jean-Paul et son Dehler, qui a prévu de m’accompagner.
2 Sortie du port

Pendant que je fais le plein de carburant, il en profite pour sortir du port le premier.
3 On attend le vent

Le vent n’est pas au rendez-vous, et on se traine à moins de 2 nœuds.
4 Au bout d'une heure on décide de mettre le moteur ; Jean-Paul garde sa grand-voile au cas ou

Au bout d’une heure, on met le moteur, en espérant trouver le vent, comme la météo nous l’a promis.
5 Une heur de plus à se traîner à 1.5 noeuds, Jean-Paul fait demi-tour et rentre à St Cyp

Après une heure de brise Volvo, Jean-Paul qui craint de faire 30 heures de moteur, fait demi-tour et rentre au port.
De toutes façons, il n’était pas trop enthousiaste à l’idée d’une nuit en mer.
Il finira par aller naviguer le long de la côte espagnole.
6 Vers 15H le vent se lève, je met mes voiles en ciseau, et je cours à 3 Noeuds, puis 4 puis  5. Toute la nuit, le vent va auhmenter et je finirais avec 30 noeuds de vent et le sanca à 8 noeuds.

Vers 15H, le vent s’est levé, j’ai mis les voiles en ciseau, vent arrière.
Au début, j’avançait à 3 nœuds, puis 4, puis 5.
A la nuit tombante, le vent a forcit nettement, j’ai passé la nuit entre 7 et 8 nœuds, avec une bonne houle qui m’a bercé sans ménagements toute la nuit.7 V ers 9H je passe le cap Cicié

Vers 9H je passe le cap Cicié, le vent et la houle se sont calmés depuis le lever du jour.
8 Le vent tombe, je finis au moteur. On voit l'ile de Porquerolles et à gauche, la presqu'ile de Gien

Le vent est complètement tombé, je finis au moteur.
On voit Porquerolles au loin.
9 Le fort du petit langoustier qui domine mouillage

Le fort du petit Langoustier qui domine le mouillage.
Au menu  soupe de poisson avec croûtons aillés etrouyille sétoise, puis murex mayonnaise

A midi, je suis mouillé, j’installe la toile qui me protège du soleil, et on passe aux choses sérieuses : Murex mayonnaise, soupe de poissons avec petits croutons aillés et rouille sétoise.
A la fin  du repas, je n'ai pas pu résister, et j'ai ouvert une bouteille de lIMONCELLO

Et pour finir, café-limoncello avant la sieste.
La belle vie.

Port Cros

C0

Le lendemain, départ pour l’ile de Port Cros.
C1

Le matelot n’a pas l’air trop malade.
C2

Navigation tranquille.
C4

Le matelot fait le fier.
C41

On fait une halte dans la baie de Port Man, le temps de passer une entrecôte sur le grill.
C5

Après une bonne sieste, je porte mon équipage à terre pour une randonnée vers Port Cros.
C7

Ils ont pris quelques photos le long du chemin.
C71

Une petite plage de sable déserte.
C73

De très belles pierres que Jean-Pierre a refusé énergiquement de mettre dans son sac à dos.
C72

Et on hésite pas à déranger deux jeunes goélands.
C8

Pendant ce temps, je lève l’ancre pour les retrouver à Port Cros.
C81

Je longe la côte, très rocheuse.
C82

Port Cros est en vue.
C83

Port Cros, avec les bateaux sur bouée devant le petit port.
Je m’amarre aussi à une bouée et je récupère l’équipage avec l’annexe.
Je ramène aussi à bord des genoux en compote et des coups de soleil bien cuisants.
Après une nuit bercée par un clapot léger, et un petit déjeuner consistant on met le cap sur Porquerolles : deux jours de mauvais temps sont annoncés.

Porquerolles et retour

A1

Le Sanca amarré le long du quai qui borde la jetée à Porquerolles.
Le vent joue du violon dans les haubans.
L’équipage est parti au restaurant fêter l’appel du général de Gaulle, et aussi l’anniversaire d’une équipière dont nous tairons charitablement l’âge exact.
Dilou garde le navire.
A2

Pendant 2 jours, ballades à terre, et bien à l’abri, apéro, repas légers et parties de cartes animées.
A3

Les soucis de l’existence ont déserté le navire.
Le mauvais temps terminé, on part pour mouiller au Petit Langoustier.
A4

Tout va bien pendant le trajet, mais quand on a mouillé, un léger clapot balance le bateau, et le matelot est la proie d’un malaise subit qui l’empêche de jouir de la beauté du paysage.
A5

Sans pitié, les autres membres d’équipage ne pensent qu’à se moquer du malheureux.
A6

Lorsque le malade est proche de l’agonie, le capitaine décide de rentrer au Lavandou pour tenter de le sauver.
A7

Pendant le retour, l’homme revient lentement à la vie.
A8

Le vent dans les voiles le remet complètement debout.
A9

Toutes voiles dehors vers le Lavandou.
A92

Domage que la croisière soit finie, l’équipage est en pleine forme.
A93

Le Lavandou droit devant, on rentre demain à la maison.

Les Saintes–Saint Cyprien

En passant par le Cap d’Agde.
IMG_1080

Départ des Saintes, navigation au moteur et sous pilote auto.
Le capitaine roupille, la veille est assurée par Dilou …
IMG_1073

Le chien est inquiet du manque de sérieux du capitaine.
IMG_1082

Justement, on croise un autre bateau qui ne passe pas bien loin …
IMG_1083

A première vue, il est quand même plus grand que le Sanca.
IMG_1086

On croise des dauphins …
IMG_1094

… joueurs.
IMG_1096

Le fort qui garde l’entrée du port du Cap d’Agde.
IMG_1100

Le Cap d’Agde : une immense marina.
IMG_1101

Le lendemain matin, départ pour Saint Cyprien.
2 Vent arrière vers Saint Cyprien

Vent arrière vers Saint Cyprien.
IMG_1114

J’ai pris en stop un vagabond barbu qui ressemble énormément à mon cousin Jean-Claude.
IMG_1116

On passe le pont tournant qui donne accès au bassin où le ponton attend le Sanca.
IMG_1117

L’été, le pont s’ouvre toutes les heures, mais hors saison, seulement quatre fois par jour, il ne faut pas louper l’heure.
IMG_1111

Au fond du bassin, le ponton avec eau et électricité, le grand confort.
IMG_1110

Repos mérité.

Les iles Toscanes

Carte 8

Entre la Corse et l’Italie, quelques iles assez rapprochées forment un ensemble facile à naviguer, du moins à la bonne saison.
Les plus grandes, Elbe, Capraia et Giglio, possèdent des ports abrités, les autres offrent des mouillages plus ou moins bien protégés.
Certaines sont classées en parc naturel, avec des restrictions qui vont de l’interdiction pure et simple de naviguer à moins d’une certaine distance des côtes, à des interdiction de mouiller dans certaines parties de l’ile.
Il existe une ile plus au Nord qui n’est pas sur la carte, Isola Gorgona, mais elle est pratiquement interdite à la navigation, et on ne peut y accéder sans autorisation.

Les 7 iles de l’archipel, du Nord au Sud

Gorgona

La plus petite, 2Km².

8420Un pénitencier détient des condamnés à de longues peines, ce qui explique les mesures de sécurité qui restreignent la navigation et l’accès à l’ile.

 

Isola_Gorgona_2Le port minuscule ne contient que des barques de pêche, et rien n’est prévu pour amarrer un bateau de plaisance.
Un seul bateau peut se rendre sur l’ile, une fois par semaine, pour amener les membres des familles des détenus, et il reste au large. Les proches sont conduits vers la prison sur des chaloupes de la police.
Dommage, ce pourrait être une escale plutôt agréable.
Il semble que les restrictions se soient assouplies récemment, et qu’on puisse accéder à l’ile en ferry.

Capraia

Superficie : 19 Km².

1091_1291374247Le port, bondé en été, comme les ports des deux autres iles, Elbe et Giglio.
Jusqu’en 1986, l’ile abritait aussi un pénitencier.
L’ile offre de belles ballades dans une nature préservée, à condition de ne pas craindre les montée un peu rudes.
Certaines parties, classées en parc national, ne sont pas accessibles aux randonneurs.

Carte 6Une bonne partie de la côte Est est interdite à la navigation, et pour le reste, la pêche est interdite dans une